Cam

Des pages d’écrits brûlées, des polaroïds déchirés, des rêves oubliés et un avenir incertain. Une histoire somme toute banale.

Comme les autres

J'ai passé mon été avec le groupe de l'île. Ce sont les potes de Volkan de base, c'était cool de traîner avec eux. Et divertissant. Y a Diana, qui joue entre Volkan et Ash. Sa petite sœur, Cassy, trop mignonne et solaire, qui sort avec Yann, un type super drôle. Il y a Steev, le beau gosse par définition. Un peu comme Ash. Y a Tommy, qui boit trop, sa famille était dans la mafia. Il a trois potes enterrés au cimetière de ma ville, dont un qui s'est suicidé et à qui Booba a rendu hommage dans Comme une étoile. Il y a Mathéo, qui est tombé amoureux de moi. Je l'adore, mais ce (...)

Vrac

Je ne sais pas trop si je vais bien ou mal en ce moment. Tout est en bordel dans ma tête. J'ai quitté Amori. Je n'étais pas épanouie. Ça me donne l'impression de ne pas être fiable en amour. Je veux dire, j'ai jamais merdé sur la fidélité et je pense que ça n'arrivera jamais. Mais je peux tout quitter du jour au lendemain. Quand ça ne va pas, mais aussi surtout quand tout va bien. J'ai un peu du mal à comprendre ça chez moi. Quand tout va bien dans mes relations j'ai toujours une phase down où je me sens plus vide que jamais et l'envie de tout foutre en l'air. C'était assez (...)

Communication

C'est la merde avec Amori. On ne se voit pas pendant un mois, et quand on se retrouve enfin, on est en froid. Tout a commencé au restaurant. Parce qu'en plus j'ai payé un resto. En vrai, ça s'est bien passé là-bas. Il y a juste eu ce moment où je lui ai demandé : "Du coup, qu'est-ce que tu ne pouvais pas me dire par messages ?" À savoir qu'on s'était pas mal pris la tête pour les mêmes raisons que ce soir : la communication. Je suis communicative. Lui pas du tout. Et j'ai toujours affirmé qu'une bonne communication était une des bases les plus importantes, et ce dans n'importe (...)

26.05.21

Je fous rien en ce moment. Genre, mon dossier pour passer mon équivalence n'est même pas encore bouclé. Je dois faire des machines (le pire truc au monde avec le repassage et la vaisselle putain). M'occuper des problèmes de santé de Lyme et Kyu (oui, mon chat est malade aussi, c'est super). Les frais de véto coûtent une blinde. Évidemment, je n'avais pas fait assurer mes animaux. Régler les choses avec Amori. Ça va faire environ un mois qu'on ne s'est pas vus lui et moi. Il passe plus de temps à m'envoyer des memes que de discuter avec moi. J'ai l'impression de commencer vraiment (...)

Pluie

Il pleut. Il fait encore froid. Alors qu'on est en mai. Les enfants se sont calmés depuis les vacances. J'imagine que passer du temps avec leurs parents leur a fait du bien. Tant mieux. J'ai adopté un chien. Il a moins d'un an, et l'association m'a caché le fait qu'il avait apparemment la Dirofilariose. On appelle aussi la maladie : les vers du cœur. Parce qu'un putain de moustique infecté pique l'animal, lui injecte les larves des vers dans le sang, qui évoluent jusqu'au stade adultes et sont transportés jusqu'aux poumons et au cœur. Autant dire que c'est grave. Le traitement est (...)

Birthday

C'était mon anniversaire hier. C'était cool. Volkan m'a apporté le petit-déj', on a rejoint Robin et Jay-jay pour le café habituel trop cher (que Robin m'a offert), puis on est sortis au parc avec la bande. C'était super agréable. J'avais réservé ma soirée pour Amori. Il ne pourra pas beaucoup me voir pendant un mois, jusqu'à la fin de son année d'école quoi. Ça ne me changera pas beaucoup. À vrai dire, je ne ressens pas vraiment de manque lorsqu'il n'est pas là. Je ne sais pas si je l'aime. Peut-être que je l'aime juste sainement. Sans dépendance. Vu comme ça, c'est (...)

Addiction

J'ai refumé une cigarette lundi. Une vogue, comme je les aime. C'était dég', l'odeur me répulsait également, et pourtant j'ai adoré. Vaper c'est bien, mais différent. Ça m'a renvoyée à la beuh. Pour le coup, je suis bien contente de ne pas avoir replongé. À chaque nouveau sachet que Théo achète, je ne peux pas m'empêcher de l'attraper et de le humer, profondément. Ça me fera toujours autant kiffer. C'est dingue, ça ne m'a jamais rien apporté, et pourtant, ça me manque. Alors que je suis tellement mieux sans. Enfin, j'imagine que c'est tout le monde que j'avais construit (...)

Vide intérieur

Une brique de conversation entre Volkan et moi. Tout à l'heure, il m'a rappelée pour se confier sur son actuelle (non)relation avec Diana. J'ai trouvé ce passage plutôt drôle. — Putain je sais pas ce qui m'arrive, genre j'ai eu comme une montée d'appréhension là... — Genre un bad ? Une attaque de panique ? — Même pas, c'est pas forcément de l'angoisse ou quoi, enfin peut-être un peu mais... j'sais pas comment décrire ! — Un vide intérieur ? — Un quoi ? — Mais si tu sais, cette vague de tristesse complétée d'une pointe d'anxiété, le tout parsemé de solitude (...)

La claque

Alors je sais pas c'était quoi le délire ce week-end, mais j'suis bien contente d'en être sortie. Wow, je ne fais vraiment que me plaindre. Mais bon, c'est mon journal, et j'imagine que c'est fait pour, donc fuck. Amori. Putain, Amori. Comment dire ? J'ai l'impression de moins en moins apprécier le temps qu'on passe ensemble. J'espère que c'est qu'une impression passagère parce qu'on s'est pris la tête ce matin, mais waouh. Tout était si cute au début pourtant. Surtout la période où on se tournait autour. On parlait pas mal, on apprenait à se découvrir l'un l'autre. C'était (...)

09.04.21

Journée nulle. Déjà, parce qu'on était censés sortir ensemble aujourd'hui avec la bande. Mais comme d'habitude, Théo n'a pas tenu sa promesse. Ensuite, Volkan était mal à cause de Diana. On a pu s'avoir un peu au téléphone, ça allait mieux. Puis il a eu cette phrase, à laquelle je ne m'attendais pas du tout. Parce que oui Cam qu'on se le dise, Kostik t'a violée. Ça m'a choquée. C'est la première fois qu'un de mes potes me disait ça comme ça, alors que je ne l'avais jamais énoncé tel quel. Ensuite malgré tout, j'ai tout de même voulu sortir un peu, prendre au moins le (...)

Lendemain de soirée

Hier soir on a eu une soirée chez Théo, avec un de ses potes, Lou, Kacey et Volkan. C'était plutôt sympa, mais au final boire n'a fait que me déprimer. Volkan m'a raccompagnée chez moi avec le chien pour que ça me serve d'alibi pour rentrer sans me prendre d'amende si jamais nous nous faisions contrôlés. C'était sympa au début, on rigolait bien et on se disait encore à quel point c'était cool qu'on puisse être encore autant complices en étant de exs. Et je ne sais pas pourquoi, je lui ai avoué que je n'avais jamais jouis, avec personne. Que j'avais toujours simulé, même (...)

Sentiments

J'ai rêvé de Marco cette nuit. Y avait aussi Théo et Lou vers la fin, main dans la main. C'est bizarre cet attirance sexuelle que j'ai encore pour lui. Pourtant il ne m'a jamais faite jouir. Mais ça restait cool. Il me traitait bien. Enfin, normal quoi. Ça n'a duré que deux semaines, genre même pas une dizaine de nuits. Mais c'était cool. Simple. Fluide. Amori a finalement pu passer me voir hier soir. Il s'est endormi rapidement, il avait fait une nuit blanche. Puis s'est réveillé vers 2h et on a mangé des pizzas. On a un peu sexé aussi, c'était bien. Un peu triste aussi. Il me (...)

Vacances

E. était un enfant tout à fait banal lorsque je l'ai rencontré à la rentrée scolaire. Joueur, mi-timide mi-effronté. La plupart des gens avait envie de lui pincer les joues. Je ne m'y intéressais pas. Puis il y a quelques mois, son attitude a drastiquement changé. D'abord un peu, en commençant à faire plus de bêtises, défier les limites. Rien d'alarmant pour un enfant qui se cherche et se construit. Puis il y a eu les pleurs, les colères, les bagarres avec les autres. Il embêtait tout le monde, surtout les adultes. Il devenait insolent. Très insolent. Et de plus en plus brutal. (...)

Jérémiade

Je pourrai écrire que, par chance, il faisait encore beau et chaud aujourd'hui, que j'ai pu voir Volkan ce matin, Robin cet aprèm', et Théo après le boulot, jusqu'à 22h. Mais au lieu de ça, je vais (encore) me plaindre, parce qu'apparemment c'est mon mood en ce moment. Déjà, l'état de ma porte est invivable, mon studio tombe en ruine, ça me fait chier. J'ai envie de déménager, changer tous mes meubles et posséder un putain de balcon. C'est devenu un supplice d'aller travailler, alors que j'aimais bien ça au début. Mais même les enfants subissent la situation du Covid, et ça (...)

29.03.21

Journée plutôt cool aujourd'hui, malgré quelques désagréments. Comme le fait que ma porte se déboîte littéralement quand j'étais sur le point de partir de chez moi pour aller bosser, par exemple. Mais bon, ça mis à part, j'ai pu voir la bande à la place. Au final, j'étais bien contente de ne pas avoir pu aller travailler. J'avais vraiment pas la foi, il faisait si beau dehors. J'ai d'abord été à la rencontre de Volkan, pour la promenade du chien, et on a même pu déjeuner ensemble. Ça m'avait manqué. Je ne peux plus le faire parce que ça ne plait pas à Amori, ce que je (...)

20%

Je regardais mes petites sections, et j'ai repensé à ces sondages glaçants. Environ 20% d'enfants victimes d'abus, au moins 2 par classes, un sur cinq... C'est dément. J'ai toujours eu cette mauvaise appréhension en repensant à mes années maternelles, années résumées à seulement quelques flashs super space aujourd'hui. Ma mémoire est assez brumeuse. Je ne sais pas trop pourquoi, j'ai jamais osé en parler parce que c'est seulement basé sur une angoisse obscure. C'est dur de parler de quelque chose dont on est pas sûr. Mon seul argument, c'est que je le sens. Alors que, si ça se (...)

Week... end.

Dimanche soir. Ça me déprime, putain. Au moins j'en ai profité un peu. J'ai pu prendre un café avec Robin ce matin (enfin, plutôt ce midi), puis aller au parc avec Théo et Kacey. Lou était occupée comme d'habitude, et Volkan voyait déjà d'autres gens, comme d'habitude. C'était sympa. Ça faisait du bien de prendre un peu le soleil, après avoir bosser toute la semaine. J'ai l'impression d'être en hiver depuis un an. La pandémie n'arrange rien à ça. Le problème, c'est que je suis en badmood depuis quelques temps. Je ne sais plus trop comment ça a commencé, ni pourquoi. Rien (...)